Logo Web

Distributeur d'éthylotests pour professionnels et particuliers

Nouvel éthylotest chimique, meilleur fonctionnement et sans chrome

Message de notre fournisseur CONTRALCO:

Gignac, 31 juillet 2017


Cher Client,


Nous avons le plaisir de vous annoncer la commercialisation de notre nouvel éthylotest, conforme à la nouvelle réglementation REACH, à compter du 21 septembre 2017.


Cet éthylotest Sans Chrome répond aux exigences de la directive REACH sur la protection de la santé humaine et environnementale.

BalNoChrom
En effet, en application de l’article 56 du règlement européen, les substances à base de chrome seront interdites d’utilisation et de mise sur le marché aux fabricants, à compter du 21 septembre 2017. Les éthylotests à usage unique devront tous respecter cette obligation européenne visant à préserver l’environnement et la santé des consommateurs.


Bien que notre éthylotest contienne une très faible quantité de Chrome (moins de 0,1%), CONTRALCO a choisi de se conformer à la réglementation REACH en retirant le chrome de son produit bien avant l’application de la Directive européenne.


Notre nouvelle formule brevetée, présente d’autres avantages dans le domaine du fonctionnement du produit.


En effet, le nouveau produit est :

  • Plus LISIBLE : le nouveau réactif est blanc et vire au rouge dès la présence d’alcool. La lecture du contraste colorimétrique est donc plus facile pour l’utilisateur.
  • Plus FACILE : La lecture devient donc plus simple, car aucun anneau central pour voir si la couleur dépasse le trait n’est prévu. Si le réactif change de couleur alors l’utilisateur est au-dessus de la limite autorisée. S’il n’y a aucune coloration, l’utilisateur est en dessous de la limite. La lecture est ainsi plus objective.
  • Plus SIMPLE : La manipulation du produit est aussi plus simple. Il n’y a plus de sens imposé pour le tube test. Il ne pourra plus y avoir d’erreur dans sa mise en oeuvre.
  • Plus RAPIDE : Le réactif est plus rapide que le produit actuel, le changement de couleur se fait à température ambiante en moins d’une minute alors qu’il faut compter entre 2 et 15 minutes pour le réactif actuel.


Sur le plan normatif, ce nouveau produit est certifié sur les exigences de la dernière norme NFX20-702 (version 2014) qui sert de référence à l’attribution de la marque NF.


Notre société n’a pas eu de cesse de soutenir la promotion de ce « label » qui constitue, pour ce type de produit, le seul véritable gage de fiabilité et de qualité en France comme à l’international.

Ce nouveau référentiel a été rédigé afin de conférer aux éthylotests NF un très haut niveau de fiabilité.
Les performances exigées pour les éthylotests à usage unique selon la nouvelle version du référentiel sont aujourd’hui sur certains critères, équivalentes voire plus sévères que celles qui sont contenues dans les normes européennes et internationales relatives aux éthylotests électroniques grand public et professionnels ou aux éthylomètres qui, pourtant, sont des appareils de métrologie légale dont les mesures font foi devant les tribunaux.

A titre d’exemple :

  • Une fiabilité de 100% est exigée pour tous les essais effectués à la concentration de référence, (0,2 g/l ou 0,5 g/l),
  • le fonctionnement du produit est vérifié après stockage des appareils dans des conditions extrêmes de -20°C à 70°C et un taux d’humidité de 95%
  • le fonctionnement du produit est testé et effectué sous différents éclairages diurnes et nocturnes.


Ces nouvelles exigences engendrent une augmentation considérable du coût des essais en laboratoire officiel.
Nous avons engagé les démarches nécessaires pour obtenir le renouvellement de la certification NF et notre nouveau produit a obtenu la norme au mois de septembre 2016.


Le prix du nouveau produit est aussi impacté par :

  • plus de deux ans de recherches sur la stabilité du réactif. Un réactif composé a été sélectionné parmi plus de 68 réactifs différents que nous avons testés à toutes les températures et dans différentes conditions.
  • Le processus de fabrication est plus long et nécessite de nombreux contrôles supplémentaires,
  • Le prix des matières premières pour la fabrication du nouveau réactif est plus élevé.
  • le prix des essais pour l’obtention de la norme NF effectués par le LNE.


Ce produit sera fabriqué de façon standard à compter de septembre 2017.
Concernant le produit actuel avec chrome, nous prendrons les commandes jusqu’au 20 septembre 2017, date à compter de laquelle la directive REACH s’appliquera.


La mise en conformité impactera à la hausse votre prix d’achat, c’est pourquoi votre tarif sera valable jusqu’au 31 décembre 2018 si aucun changement de réglementation n’intervient d’ici là.
Enfin, nous tenons à vous préciser qu’il existe des produits se disant « conforme au décret de juin 2015 ». Nous tenons à souligner qu’en annexe de ce décret, il est exigé, pour être conforme, de produire un rapport d’essai établi par un laboratoire accrédité COFRAC.
Nous conseillons vivement à nos clients de demander ce rapport d’essais afin de s’assurer de la fiabilité des produits auprès des consommateurs. En effet, de nombreux produits ne réussissent pas les tests.
Ces essais sont issus en partie de la norme NF concernant les éthylotests à usage unique.


Nous restons à votre disposition pour tout renseignement,

Meilleures salutations,

Accidents sous l'influence de l'alcool:15,3% des Hennuyers et des Namurois avaient trop bu

Alors que la campagne Bob bat son plein, les derniers chiffres de l’Institut belge pour la sécurité routière sont tombés. Ils concernent les accidents sous l’emprise de l’alcool. La moyenne est quasiment deux fois plus élevée en Wallonie. Les habitants de la province de Liège sont les plus sobres.

Alcoo ControlePolice

En 2014, il y a eu en Belgique 3.463 accidents pour lesquels au moins un conducteur était sous l’emprise de l’alcool. La Flandre déplore 1.903 sinistres, suivie par la Wallonie (1.272) et Bruxelles (288), selon les données du SPF Économie analysées par l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR). Les chiffres sont en baisse (-33,9 %) par rapport à 2013. Le recul est plus fort en Flandre (-39 %) qu’en Wallonie (-28 %).

«  Cette diminution est une bonne nouvelle. Mais sa portée est limitée. Le pourcentage de conducteurs testés après un accident a baissé de manière inexplicable  », pointe Benoît Godart, porte-parole de l’IBSR. En 2013, 65,1 % des automobilistes impliqués dans un accident avaient été soumis à un test d’alcoolémie, contre… 43 % un an plus tard.

Toutes les provinces sont concernées par cette baisse inexpliquée. Le Luxembourg est ainsi passé de 68,1 % de contrôles à 36,3 % tandis que la Flandre-Orientale chutait de 75,2 % à 41,7 %. C’est en province de Liège où l’on a été le moins dépisté : à peine 35,9 % des conducteurs accidentés.

Ceci explique peut-être cela. La province de Liège compte le moins de conducteurs accidentés positifs à l’alcool : 10,7 %. Les pires, ce sont les Namurois (15,3 % de positifs) à égalité avec les Hennuyers. Les habitants du Hainaut ont néanmoins fait un effort. En 2013, ils étaient 16 % à être positifs. La province de Luxembourg ne pavoise pas avec 14,7 % de positifs, au lieu de 12,8 % en 2013. La moyenne est de 13,4 % en Wallonie, soit près du double de la Flandre 7,5 %.

Source: sudinfo.be

 

Sécurité routière: 86% des usagers pour un alcolock obligatoire en cas de condamnation

Interlock X2 0908

 

Plus de 5.000 personnes ont répondu à l’appel lancé par la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant le 20 octobre dernier demandant aux Belges de participer à un débat sur la sécurité routière et lui adresser leurs suggestions, indique l’Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR). L’organisation constate, dans les premières observations, que les suggestions penchent principalement en faveur de mesures plus sévères en matière d’alcool et de drogues. 86 % des répondants sont ainsi en faveur d’un alcolock obligatoire en cas de condamnation.

L’IBSR a observé trois grandes tendances dans les suggestions des participants. « Au niveau de l’alcool et des drogues au volant, les usagers demandent plus de contrôles. Ensuite, ils parlent souvent des mesures de sécurité pour les poids lourds. Le dernier point souligné par les participants est le côté parfois désuet du code de la route », a indiqué le porte-parole de l’IBSR, Benoît Godart. Le site www.egsr2015.be reste ouvert aux suggestions du public.

Le Soir, 30/10/15

Alcool au volant : Anvers donne la leçon au Hainaut et au Brabant wallon

 Controle Route

Jamais, depuis la création des campagnes Bob, le pourcentage de conducteurs contrôlés en état d’alcoolémie n’a été si peu élevé en Belgique: 2,8%. Soit 8 994 conducteurs déclarés «positifs», mais qui, par contre, avaient bu plus que de coutume. Le Brabant wallon et le Hainaut sont les mauvais élèves en la matière. Anvers est en pointe de la lutte.

321 156 automobilistes ont été contrôlés par la police durant les huit semaines de la campagne Bob de fin d’année dernière. C’est un peu moins que l’année précédente (342 547 contrôles) mais c’est largement au-dessus des objectifs fixés. C’est surtout la police flamande, et en premier celle d’Anvers, qui a été active. Un test sur quatre (24%) a été effectué dans la province anversoise. Logiquement, c’est aussi dans cette province où le risque de se faire contrôler est le plus élevé que le pourcentage de conducteurs «positifs» est le moins élevé: 1,8% seulement, soit 1% en dessous de la moyenne nationale qui est de 2,8%. Elle était de 3,2% lors de la campagne Bob de 2013.

Peu de contrôles en Brabant wallon

En comparaison, en Région wallonne où 88 576 tests d’alcoolémie ont été effectués, la moyenne des cas positifs atteint 3,3%. Elle grimpe même à 4,4% dans le Hainaut et le Brabant wallon, où 6 900 contrôles seulement ont été opérés. Preuve selon l’IBSR qui diffuse ces chiffres que le risque de se faire «pincer» influe sur le comportement des automobilistes. Seule la Région bruxelloise effectue moins de contrôles que le Brabant wallon en rapport avec sa densité de population (1 347 tests par 100 000 habitants dans la Région capitale). Le taux de cas positifs y atteint 3,3%.

«Le pourcentage de conducteurs positifs est le plus bas jamais atteint, preuve qu’une partie de plus en plus importante de conducteurs ont compris que boire et conduire ne font pas bon ménage et s’organisent avant de sortir faire la fête», ajoute l’Institut pour la sécurité routière.

Mais si les statistiques sont encourageantes, un élément vient néanmoins assombrir le tableau. «Une tendance préoccupante reste le pourcentage de conducteurs ayant un taux supérieur de 0,8 pour mille. Ils sont près du double de ceux ayant un taux de 0,5 et 0,8 pour mille. Ce phénomène est d’autant plus inquiétant que le risque d’accident augmente de manière exponentielle avec le taux d’alcool et que cette frange de conducteurs représente donc un danger pour la société.»

source: www.lavenir.net - 04/02/2015

Alcooltest: aussi sur l’eau !

Si vous rentrez du restaurant en péniche ou en bateau, faites attention, la police fluviale effectue là aussi des contrôles du taux d’alcoolémie !

2139548400 B975746018Z.1 20150607202559 000 GL24KVR47.1 0

  • Carte : SPF Mobilité et Transports

La Belgique compte près de 2000 kilomètres de voies navigables empruntées chaque année par plus de 50.000 bateaux. Un trafic régulièrement contrôlé par la police fluviale. Interrogé par les journaux de Sudpresse, le commissaire en chef de la section sud de la Police de la Navigation, Thierry Legat, a précisé que 1.867 contrôles ont été opérés en 2014.

« Ces opérations concernaient 42.112 bateaux professionnels et 8.000 bateaux de plaisance », a expliqué le commissaire. De nombreuses infractions ont été constatées : non-respect du règlement de navigation, défaut de documents, défaut de brevet etc.

Par ailleurs, depuis le 1er mai 2014, la navigation sous l’influence de l’alcool est interdite. La police de la Navigation a enregistré 239 contrôles positifs en 2014 ! Peu de chances de croiser une péniche sur le chemin du retour, mais sait-on jamais…

D’après Belga
Mis en ligne lundi 8 juin

Châtelet: 418 conducteurs contrôlés par la police

Pas moins de 70 hommes de la police de Châtelet étaient sur le terrain, durant la nuit de samedi à dimanche, dans le cadre de l’ouverture de la campagne Bob. Au total, 418 usagers ont été soumis au test d’alcoolémie. Trente-deux d’entre eux étaient positifs, soit 8 % des conducteurs contrôlés.

Police Wallon

Certains d’entre eux avaient même cumulé avec une consommation de produits stupéfiants. Quoi qu’il en soit, cette première nuit de contrôles est « positive », dans le bons sens du terme : à la même période, lors des années précédentes, le score s’élevait à 11, voire 12 % de conducteurs sous influence d l’alcool.

Pour cette campagne, les autorités ont fixé l’objectif de 250.000 tests alcoolémie durant la campagne bob, qui durera jusqu’au 26 janvier 2015.

 Source: lanouvellegazette.be - 30-11-2014

 

Contact

Alcoline vof
Rijkmakerlaan 9A
2910 Essen
België
Tel.: 03-633.15.35
info@alcoline.be

Comparer les produits

La comparaison (0)

Réinitialiser
Comparez Réinitialiser